Chicha

Chicha, narghilé, hookah, pipe à eau, … les origines sont mystérieuses : Indes, Afrique, Perse ? Le nom chicha vient du persan et veut dire verre et narguilé vient de l’indien pour désigner noix de coco. Il existait déjà en 1300, des méthodes différentes de consommation. La chicha est très présente dans différentes cultures et représente la détente et la convivialité.

Qu’est-ce qu’une chicha ?

La chicha est une pipe à eau permettant notamment de fumer du tabamel chauffé avec du charbon (traditionnel ou à allumage rapide). En haut de la pipe, le tabamel est posé dans le porte-tabac en dessous des braises de charbon allumées. Le fumeur aspire dans le tuyau, ce qui fait descendre la fumée le long de la pipe immergée. La fumée remonte ensuite à la surface de l’eau, puis dans le tuyau.

La chicha étant présente à différents endroits du monde, il y a donc différents types de tabac pour la fumer :

  • Le tabamel est le type de tabac le plus consommé dans une chicha. Il est composé d’environ 30% de tabac et 70% de mélasse. La mélasse est un mélange de miel et de fruits auquel on a ajouté un arôme artificiel ou non.
  • Le tumbâk est un tabac pur, provenant d’Iran ou de Turquie.
  • Le jurâk est d’origine indienne. Certains le considèrent comme la forme intermédiaire entre le tabamel et le tumbâk.

Comparée à une cigarette, lors d’une séance de chicha, la nicotine contenue dans le tabac, agit moins rapidement sur le cerveau ce qui limite le risque de dépendance physique.

Cependant, en cas de consommation fréquente de chicha le risque de dépendance n’est pas nul pour autant, en particulier parce que cette consommation s’accompagne souvent de rituels sociaux.

De plus, la chicha peut aussi être un facteur de rechute pour un ex-fumeur de cigarettes.

Que contient la fumée de chicha ?

Le goudron est une matière noire et huileuse, produite par la combustion du tabac et de tout combustible naturel (ex : charbon) chauffé à haute température.

La production de goudron par une seule chicha est jusqu’à 100 fois supérieure à celle d’une seule cigarette.

Les goudrons produits par la combustion du tabamel et du charbon traversent l’eau, qui n’en retient qu’un peu moins de la moitié. Ils sont donc respirés par le fumeur, provoquant irritation, toux et ingestion de nombreuses substances chimiques toxiques ou cancérigènes.

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz produit lors d’une combustion. Il s’agit d’un gaz incolore et inodore mais hautement toxique. Lorsqu’il est respiré, le CO se fixe sur les globules rouges à la place des molécules d’oxygène (O2). Les organes et muscles du corps sont donc moins bien alimentés en oxygène. Pour tenter de compenser le manque d’O2, la moelle osseuse augmente la production de globules rouges, ce qui épaissit le sang.

La quantité de CO aspirée en une seule séance de chicha équivaut plus ou moins à celle inhalée lorsqu’on fume deux paquets de cigarettes.

La consommation régulièrede chicha entraîne des risques pour la santé du fumeur et de son entourage.Vous trouverez plus d’information dans la rubrique risques liés aux consos dans la section Santé/Bien-être.

Que dit la loi ?

La chicha est assimilée aux produits du tabac. Pour connaitre les principales lois en la matière, consultez la rubrique “Atmo -Sphères”. 

Notons que les bars à chicha sont tenus de respecter les mêmes règles que les autres établissements Horeca!

Quelques conseils de réduction des risques

Les conseils de réduction des risques sont destinés aux fumeurs qui ne peuvent ou ne veulent pas arrêter de fumer. Des conseils leurs sont proposés afin de réduire l’impact de leur consommation sur leur santé.

Lorsque vous consommez, soyez attentif à :

  • Mode d’emploi :
    • Utiliser uniquement de l’eau dans le réservoir.
    • Répartir le charbon uniformément afin de ne pas carboniser le tabac.
    • Ne pas trop tasser le tabac à chicha à l’intérieur du porte-tabac.
    • Aspirer la fumée peu profondément et pas trop rapidement.
  • Produit :
    • Remplacer le tabamel par des pierres à vapeur (pierres poreuses couvertes de glycérol et d’un parfum artificiel) afin de limiter l’ingestion de produits toxiques.
    • Favoriser des sources de chaleur sans combustion, comme le charbon électrique. Il s’agit d’une résistance électrique qui chauffe le tabamel ou les pierres à vapeur en évitant la combustion. Dans ce cas il n’y a pas de production de monoxyde de carbone (CO), ni de goudron.
    • En cas d’utilisation de charbon classique, choisir du charbon de bois naturel, plutôt que celui à allumage rapide. Celui-ci produit une quantité plus importante de substances toxiques.
    • Ne pas utiliser du charbon de bois pour barbecue.
    • Utiliser du tabac à chicha dont la composition est clairement mentionnée.
  • Lieu :
    • Utiliser la chicha dans des lieux bien aérés afin de réduire au maximum le tabagisme passif.
  • Hygiène :
    • Utiliser un embout en plastique stérile et jetable pour chacun des fumeurs de chicha.
  • Entretien :
    • Penser à changer régulièrement le tuyau flexible.
    • Changer l’eau du récipient aussi souvent que possible.

Vous retrouvez toutes ces informations sur notre dépliant téléchargeable ici.