Á la une

Le 31 mai et les jeunes

Chaque année depuis 1987, une journée mondiale sans tabac est organisée. Depuis quelques années elle a lieu le 31 mai. C’est l’occasion de mettre en avant les projets qui visent à sensibiliser aux effets du tabagisme et à promouvoir une réduction ou un arrêt du tabac. Cette année est inédite suite au contexte de confinement que nous avons vécu avec la pandémie du Covid et de déconfinement qui s’opère progressivement …

Cette année l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, met un accent particulier sur la protection des jeunes contre les manipulations de l’industrie du tabac et la prévention de la consommation de tabac et de la nicotine. On le sait, la gestion du tabagisme peut être plus difficile pour ceux qui ont commencé jeune et chez qui la dépendance est souvent plus importante. C’est pourquoi les jeunes sont le public cible de cette industrie. En 2015 en Europe, parmi les jeunes de 13 à 15 ans, 11,5 % des filles et 13,8 % consommaient du tabac.

Parmi les principales stratégies de l’industrie du tabac pour convaincre les jeunes qui ont été identifiées par l’OMS, on retrouve :

  • Des produits présentés comme moins nocifs, ce qui pousse les jeunes à sous-estimer les risques. Avec un design qui reprend celui des smartphones.
  • Les publicités détournées via les réseaux sociaux avec des influenceurs
  • L’existence de primes pour les vendeurs afin de mettre en évidence les produits
  • La commercialisation indirecte par du placement de produit dans les films et les séries.

Lobby du Tabac

Le lobby du tabac est très présent à Bruxelles pour influencer les décisions prises au niveau de l’Union européenne. Sur les dernières années et à l’occasion du départ à la retraite de Luk Joossens, après 40 ans de carrière de prévention du tabagisme, Education Santé présentait « les 10 techniques de lobbying les plus couramment utilisées par l’industrie du tabac »[1].

  • Payer des scientifiques pour semer le doute et la confusion 
  • Mobiliser des particuliers pour mettre la pression sur les politiciens avec des campagnes ciblées 
  • Embrigader des tiers pour faire du lobbying en faveur de l’industrie du tabac 
  • Introduire un grand nombre de lobbyistes, à tous les niveaux décisionnels, afin de bloquer, amender ou reporter les décisions 
  • Engager des avocats pour faire annuler des lois par un tribunal ou réclamer des dommages et intérêts
  • Publier des rapports alarmistes, de préférence juste avant un vote important 
  • Exagérer l’impact économique du secteur (chiffre d’affaire, emploi, bénéfices) 
  • Faire en sorte de nuire à la crédibilité et au financement de vos adversaires 
  • Proposer des alternatives qui sonnent bien, mais qui sont peu efficaces 
  • Miser sur le libre-échange, la sacro-sainte liberté d’expression, et s’opposer à tout excès de réglementation et de paternalisme 

Et répandre de fausses croyances :

  • Le tabagisme passif est incommodant, mais pas mortel 
  • Les interdictions de fumer entraînent des tensions entre fumeurs et non-fumeurs 
  • Les interdictions de fumer ne sont pas efficaces 
  • L’interdiction de fumer dans les restaurants et les cafés entraîne des pertes et des fermetures en chaîne 
  • Une interdiction de la publicité n’est pas efficace, car la pub ne s’adresse pas aux jeunes, mais aux fumeurs adultes afin d’influencer leur choix de marque 

Tabac et Publicités

En Belgique la publicité concernant le tabac est fortement limitée : interdiction de faire de la publicité ou de parrainer des produits du tabac sauf pour les journaux publiés à l’étranger, les publications réservées à des professionnels du tabac et à l’intérieur des lieux de vente (bars tabac et kiosques de journaux). Le gouvernement a annoncé en février 2020 qu’en 2021, la publicité pour le tabac serait interdite dans son ensemble.

Une étude européenne de 2018 indique que l’interdiction d’affichage au sein des points de vente est associée à une probable diminution de fumer quotidiennement. Ainsi, nous pouvons espérer des effets bénéfiques pour la Belgique.

De façon moins évidente, les jeunes sont également ciblés par des produits, qui leur sont présentés comme moins nocifs envers l’environnement ou des paquets plus respectueux. En Belgique le paquet neutre est en vigueur depuis le 1er janvier 2020.

Mais les liens entre tabac et publicités ne se limitent pas aux affiches. Le sponsoring d’évènements est interdit en Belgique, mais continue dans certains pays d’Europe.  On assiste également à des mises en avant de produits et de matériels de vapotage sur les réseaux.

E-cigarette et Jeunesse

La cigarette électronique tient une place ambiguë et peut-être spécialement en Belgique où elle est reconnue comme un produit du tabac. Elle est donc reprise sous les mêmes lois que le tabac : interdiction de publicité, de vente au mineur, etc. Et dans le même temps, elle est considérée comme un outil de réduction des risques et d’aide à l’arrêt du tabac.

La réduction des risques vise à limiter l’impact de comportement sur la santé. En l’occurrence, le vapotage est considéré comme moins à risque que la consommation de tabac pour la santé. L’état actuel des recherches scientifiques indiquent des effets minimes sur la santé avec des e-liquid composés de : propylène glycol, glycérine végétale, arômes) comparés au tabac.

Il est important de noter que l’industrie du tabac, qui est aussi l’industrie de la nicotine, est composée de grands groupes multinationaux qui ont investi dans la technologie des e-cigarettes. Un des derniers exemples en date de ces liens entre industrie du tabac et e-cigarette est l’achat partiel de la compagnie JUUL par Altria, fabriquant entre autres de Malboro le 20 décembre 2018. Certains experts estiment qu’à court terme, les bénéfices de ces industries seront majoritairement issus des e-cigarettes.

En 2018, l’enquête de santé belge de Sciensano abordait pour la première fois la consommation des cigarettes électroniques. Elle observe que la majorité des consommateurs d’e-cigarettes sont compris dans les catégories des 15-24 ans et des 24-34 ans sur les 1,4% d’usagers réguliers. La tranche des 15-24 ans est celle qui a plus expérimenté le vapotage. Les jeunes sont plus nombreux que les aînés à utiliser ponctuellement ou non l’e-cigarette sans avoir fumé de tabac auparavant. Parmi les raisons avancées pour ce qui est de la consommation d’e-cigarette, cette tranche d’âge amène majoritairement la notion de plaisir tandis que les tranches d’âge plus hautes se réfèrent à la démarche de sevrage tabagique.

Comme expliqué plus haut, la publicité pour les produits tabac, dont l’e-cigarette fait partie, est limitée. Cependant les réseaux sociaux contribuent à une forme de publicité. Certes le SPF Santé Publique a interdit les groupes et pages Facebook de vapotage durant l’été 2017, mais ces groupes ou pages demeurent toujours, notamment sur Instagram, avec des logos +18 ou +21 ans sur chaque publication. En Angleterre, c’est lors du mois de décembre que quatre compagnies, dont la British American Tobacco furent condamnées pour publicité en ligne d’e-cigarette. A l’occasion, la compagnie Facebook, gérant aussi Instagram, avait annoncé mettre à jour sa politique interne afin de ne pas autoriser les promotions payantes de ces produits.

La campagne actuelle de l’OMS qui met en avant sur une affiche une jeune fille est fortement critiquée par de nombreux organismes, notamment l’ETHRA (European Tobacco Harm Reduction Advocates). Ceci à cause d’une e-cigarette dessinée dans sa main avec le slogan « exposée au tabac ». Ceci peut être perçu comme incriminant la e-cigarette et jouant sur l’émotion.

Dans le cadre de nos actions, nous souhaitons vous informer objectivement sur l’état actuel des connaissances scientifiques et l’utilisation d’outils d’aide à l’arrêt du tabac.

Bien que l’on craigne le fait que vapoter peut amener les non-fumeurs, et en particulier les jeunes, à s’initier à l’acte de fumer et à les mettre en contact avec la nicotine et sachant que les effets du vapotage sont encore inconnus à long terme, dans le même temps le vapotage est à considérer comme un mode de consommation amenant une réduction des risques par rapport au tabagisme classique.

Pour un fumeur qui souhaite entamer un processus d’arrêt, la cigarette électronique peut faire partie de la liste des aides après les substituts nicotiniques et les aides médicamenteuses, notamment parce qu’elle permet au fumeur d’adapter le dosage de nicotine en fonction de ses besoins, et donc de passer progressivement à un liquide sans nicotine : on sait que c’est la nicotine qui crée la dépendance physique.

Tabac chauffé sans combustion ?

Récemment, l’industrie du tabac a développé et fait la promotion du tabac chauffé, notamment IQOS pour la firme Philipp Morris. A cheval entre la cigarette électronique et la cigarette classique, le principe est de chauffer une « douille » de tabac par l’intermédiaire d’un dispositif électronique. La préparation à base de tabac est ainsi chauffée et non brûlée. Cependant, malgré des températures de chauffe plus basses, l’iQOS émet de la fumée et des composés toxiques dégradés de la pyrolyse qui sont nocifs. Ces dispositifs ne permettent pas de contrôler la prise de nicotine, à l’inverse des e-cigarettes.

En Asie, où le tabac chauffé est aussi présent, on observe qu’il peut être une porte d’entrée dans la consommation de tabac. Et dans une moindre mesure un produit de sortie du tabagisme, à l’inverse de l’e-cigarette.

 On peut imaginer que ces produits présentés comme technologiques avec un packaging travaillé et épuré sont attirant pour certains jeunes.

Tabac et Ecoles

L’école est un lieu de construction sociale, par le temps que l’on y passe et les nombreuses interactions. Depuis 2006, il est interdit de fumer dans les écoles de la Fédération Wallonie Bruxelles mais, malgré cela, le tabagisme est encore présent au sein des écoles ou à leurs abords, que ce soit du fait des élèves ou de membres du personnel.

La consommation nationale de tabac diminue depuis les 11 dernières années en passant de 30 à 20% en 2018. Parmi les fumeurs, les jeunes de 15 à 24 ans représentent un peu moins d’un jeune sur six, et un peu plus d’un jeune sur quatre pour les 25 à 44 ans. On observe aussi qu’il y a « plus de fumeurs, de fumeurs quotidiens et de gros fumeurs chez les jeunes issus des ménages avec les niveaux d’éducation les plus faibles »[2]. Mais l’on retrouve dans les priorités des politiques de santé pour les jeunes : l’alimentation saine, les drogues et l’alcool.

Une étude européenne ayant lieu dans différentes villes s’est intéressée aux adolescents entre 2013 et 2018[3]. Pour la Belgique, le but de l’étude était de voir l’impact des réglementations au sein de sept écoles namuroises. Parmi les constats de la recherche, le royaume apparaît comme le mauvais élève de l’Europe en matière de comportements que cela soit pour le tabac, la cigarette électronique ou le cannabis. On observe une facilité pour les adolescents de se procurer du tabac : certains jeunes de moins de 16 ans ont déclaré pouvoir se procurer des cigarettes. Notons que le 1er novembre 2019 la législation belge a interdit la vente de tabac aux personnes de moins de 18 ans; l’étude a eu lieu avant ce changement et limitait la vente aux moins de 16 ans.

Au sein des pistes d’actions identifiées par l’étude, l’importance de l’exemplarité du personnel est pointée. Comment faire respecter une interdiction de fumer quand les adultes ne le font pas ? L’adolescence est une période importante pour le sentiment de justice entres autres.

Un autre aspect de cette étude montre que lorsque les jeunes fument, ils le font majoritairement en rue, dans les parcs et au sein de maison d’amis.

Initiatives belges

Parmi les initiatives belges pour notre jeunesse face au tabac, il y a l’action « générations sans tabac » qui a pour objectif de long terme de permettre aux enfants de grandir dans un environnement sans tabac. Et ainsi de ne pas commencer à fumer. Cette initiative est nationale avec des partenaires bruxellois, wallons et flamands : Fonds des Affections Respiratoires, Fondation contre le cancer, Kom op tegen kanker, Gezond leven, VRGT, Sept, OSH, etc.

https://www.generationssanstabac.be/

Pour aller plus loin :

Si vous souhaitez aller plus loin, nous vous proposons différentes vidéos documentées gratuites :

Sources :

Presse :

Aiduce. Manifeste pour la réduction des risques face au tabagisme. Communiqué de Presse du 27 mai 2020. Disponible sur :  https://www.aiduce.org/manifeste-pour-la-reduction-des-risques-face-au-tabagisme/

Association Suisse pour la prévention du tabagisme. Les jeunes et la cigarette Cahier 3. 2011. Disponible sur : https://www.at-suisse.ch/fileadmin/Daten/Jugend_Schule/fr/Tabakheft_3_fr.pdf

De Bock C. 40 ans de lutte contre le lobby du tabac. Education Santé. n328 Décembre 2016. Disponible sur : http://educationsante.be/article/40-ans-de-lutte-contre-le-lobby-du-tabac/

Laurent Zanella. Étude Silne-R: la norme n’empêche pas les adolescents de fumer. Le journal du Médecin. 13 septembre 2018. Disponible sur : https://www.lejournaldumedecin.com/actualite/etude-silne-r-la-norme-n-empeche-pas-les-adolescents-de-fumer/article-longread-35685.html

Sheila Kaplan et Matt Richtel. Juul Closes Deal with Tobacco Giant Altria. The new yorker times. 20 décembre 2019. Disponible sur : https://www.nytimes.com/2018/12/20/health/juul-reaches-deal-with-tobacco-giant-altria.html

Anne-Sophie Glover-Bondeau, Cigarette électronique et industrie du tabac. Stop-tabac.ch, 2014. Disponible sur : https://www.stop-tabac.ch/fr/e-cigarette-et-tabac-chauffe-3/legislation-en-vigueur-dans-les-pays-francophones/industrie-du-tabac

Jérémy Haley. BELGIQUE : Le ministère de la santé s’attaque à la e-cigarette sur les réseaux sociaux. Vapoteurs.net. Juillet 2017. Disponible sur : http://www.vapoteurs.net/belgique-le-ministere-de-la-sante-sattaque-a-la-e-cigarette-sur-les-reseaux-sociaux/

Jane Wakefield. Instagram e-cigarette posts banned by ad watchdog. BBC. 18 décembre 2019. Disponible sur : https://www.bbc.com/news/technology-50821476

Scientifiques :

OMS, Journée mondiale sans tabac 2020 : protéger les jeunes. disponible sur : http://www.euro.who.int/fr/media-centre/events/events/2020/05/world-no-tobacco-day-2020-protecting-youth

WHO, World No Tobacco Day – 31 May 2020. Disponible sur :https://www.who.int/news-room/events/detail/2020/05/31/default-calendar/world-no-tobacco-day-2020-protecting-youth-from-industry-manipulation-and-preventing-them-from-tobacco-and-nicotine-use

Mme Nora MÉLARD et Mr Pierre-Olivier ROBERT. RESO –  Sélection de ressources : Mesures de lutte contre le tabac, réponses de l’industrie et ses lobbies, et contrebande liée aux produits du tabac. 23 Avril 2020. Disponible sur https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/irss/reso/actualites/selection-de-ressources-mesures-de-lutte-contre-le-tabac-reponses-de-l-industrie-et-ses-lobbies-et-contrebande-liee-aux-produits-du-tabac.html?fbclid=IwAR1fLLcOr9IkucokGUnl9chxrwHMio9JyPollE1aVEEbQFXT9Lw1izwxZRg

Lydia Gisle, Usage de la cigarette électronique, enquête de santé 2018. Sciensano. Octobre 2019. Disponible sur : https://his.wiv-isp.be/fr/Documents%20partages/EC_FR_2018.pdf

Mlinarić M et al. Enhancing implementation of smoke-free places: A comparative qualitative study across seven European cities. Social Science & Medecine, Vol 247, February 2020. Disponible sur : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0277953620300241?via%3Dihub

Leao T et al. Cost of youth tobacco-control policies in seven European countries. European Journal of Public Health, Vol. 0, No. 0, 1–6. 20 septembre 2019. Disponible sur : https://run.unl.pt/bitstream/10362/88142/1/Leao_Eur_J_Pub_Hea_2019.pdf

Van Hurck M et al. Impact of removing point-of-sale tobacco displays on smoking behaviour among adolescents in Europe: a quasi-experimental study. BMJ journals. 20 Juillet 2018. Disponible sur : https://tobaccocontrol.bmj.com/content/28/4/401.info

Dautzenberg B, Les lobbies du tabac organisent l’anti-prévention du tabagisme. Les Tribunes de la santé 2018/1 (N° 58), pages 91 à 102. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-les-tribunes-de-la-sante-2018-1-page-91.htm%0D%0D#

Auer R et al. Heat-Not-Burn Tobacco Cigarettes: Smoke by Any Other Name. AMA Intern Med 177(7):1050-1052. 2017. Disponible sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28531246

Chyderiotis S et al. Does e-cigarette experimentation increase the transition to daily smoking among young ever-smokers in France?. Drug and Alcohol Dependence. Volume 208, 1 March 2020, 107853. Disponible sur : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0376871620300181


[1] De Bock C. 40 ans de lutte contre le lobby du tabac. Education Santé. n328 Décembre 2016

[2] Lydia Gisle, Consommation de tabac – enquête 2018. Sciensano. Disponible sur : https://his.wiv-isp.be/fr/Documents%20partages/TA_FR_2018.pdf

[3] Ladriyère M et al. Le tabagisme chez nos adolescents namurois,présentation des résultats du projet SILNE. « Education Santé » – Vol. 354, p. 3-6 (2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.