Á la une

Tabagisme, nicotine et COVID-19

Ces dernières semaines, nous avons pu découvrir dans les médias nombre d’actualités faisant le lien entre le Covid 19 et le tabagisme, aux titres accrocheurs tels que « Coronavirus : Le risque pour les fumeurs de développer une forme sévère est augmenté de 50 % » ou encore « les fumeurs mieux protégés contre le coronavirus ». Dès lors, comment s’y retrouver dans cette masse d’informations parfois contradictoires ou qui, à force de simplification, nous amènent vers de fausses pistes ?  

Vous trouverez ici un résumé de l’état actuel des recherches pour y voir plus clair.  

Moins de fumeurs touchés par le COVID ? 

Des études mesurent un taux de fumeurs chez les patients COVID plus bas que le taux national de fumeurs. C’est le cas pour une étude chinoise ainsi que plus récemment une étude française portant sur 482 personnes infectées.   

Cependant une étude américaine de fin avril reprenant 5700 patients indique un taux de fumeurs atteint du COVID comparable au taux de fumeurs national.  

Le professeur Dautzenberg, membre du conseil scientifique français, avait pointé l’étude chinoise avec interrogation. Il précisait qu’il pouvait s’agir d’un biais statistique. Concrètement, la population générale comprend un certain pourcentage de personnes fumeuses, et on observe que parmi les personnes âgées ce taux diminue. Il y a donc moins de fumeurs parmi les personnes âgées que parmi la population plus jeune. Or, les personnes développant des symptômes graves sont pour la majorité des personnes âgées. Dans le langage épidémiologique, on parle de facteurs confondants.  

Un autre élément qui participe à cette confusion est le manque d’information pour certaines études ainsi que les interactions possibles avec d’autres facteurs à risque tel que le diabète ou le surpoids.  

Les fumeurs touchés le sont plus gravement ? 

Les études menées ainsi que des revues de la littérature vont en ce sens sans pour autant pouvoir l’affirmer. Le lien entre gravité des symptômes respiratoires suite à une infection au coronavirus et tabagisme est probable. 

Des études précédentes à la pandémie indiquent que les fumeurs se sont montrés plus à risque de développer des symptômes graves pour la grippe et les épidémies conséquente au coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient en 2012.  

Le tabac protège-t-il du COVID-19 ? 

Plusieurs hypothèses existent sur les mécanismes entre l’infection au coronavirus et le tabac.  

Un article a été mis en avant par la presse récemment. Il aborde le lancement de recherches expérimentales sur les effets de la nicotine en France. La perte du goût et de l’odorat comme symptôme du coronavirus (ainsi que d’autres dans les cas plus graves) suggère que le virus s’attaque au système nerveux central, ce qui peut être confirmé par les études sur la famille coronavirus. Ceux-ci ont un fonctionnement complexe où différents récepteurs des cellules sont possiblement impliqués lors de l’entrée du virus dans notre organisme. Or, nous savons que la nicotine agit en augmentant ou, au contraire, en atténuant l’expression de certains récepteurs, ce qui permettrait d’empêcher l’entrée du virus dans nos cellules. 

Cependant une autre étude pointait l’importance de récepteur (ACE2), présent à la surface des cellules, notamment pulmonaires, qui permettent l’entrée dans l’organisme du virus. Le nombre de ces récepteurs augmentent avec la consommation de nicotine (tabac et e-cigarette). Cela suggère une plus grande sensibilité des fumeurs au Covid-19. 

On sait aussi que la nicotine entraine une baisse de la réponse du système immunitaire 

En conclusion : 

Rien ne prouve que les fumeurs soient protégés du Covid-19. Les fumeurs sont par contre plus à risque de complications et d’évolution plus sévère en cas d’infection.  

Une étude française soulignait aussi les risques de contamination par le simple geste de fumer, le fait de porter les mains à sa bouche ainsi que l’utilisation de la chicha et les éventuels renforcements des comportements à risque comme fumer à l’intérieur et ainsi augmenter l’exposition des fumeurs passifs. 

Nos articles sur le tabac et sur la dépendance sont disponibles pour vous informer, ainsi que les services de prévention en ligne. 

Nous vous souhaitons le meilleur en cette période

L’équipe du service tabac 

Bibliographie :  

  1. Guan W, Ni Z, Hu Y et al. Clinical Characteristics of Coronavirus Disease 2019 in China. N Engl J Med 2020; 382 : 1708-20 DOI: 10.1056/NEJMMoa2002032 
  1. Miyara M, Tubach F, Pourcher V et al. Low incidence of daily active tobacco smoking in patients with symptomatic COVID-19, Qeios, avril 2020  https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2765184
  1. Richardson S, Hirsh J S, Narasimhan M et al. Presenting Characteristics, Comorbidities, and Outcomes Among 5700 Patients Hospitalized With COVID-19 in the New York City Area. JAMA. Avril 2020 ; https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2765184  
  1. Wang TW, Asman K, Gentzke AS et al. Morbidity and mortality weekly report (MMWR) – Tobacco product use among adults-United States; CDC  2018; 67(44) : 1225-32  
  1. Vardavas C, Nikitara K. COVID-19 and smoking: A systematic review of the evidence. Tob Induc Dis 2020 ; 18(March) : 20  http://www.tobaccoinduceddiseases.org/COVID-19-and-smoking-A-systematic-review-of-the-evidence,119324,0,2.html 
  1. Lippi G, Henry BM. Active smoking is not associated with severity of coronavirus disease 2019 (COVID-19). Eur J of Int Med 2020 ; https://doi.org/10.1016/j.ejim.2020.03.014 
  1. Berlin I, Thomas D et al. COVID-19 and Smoking. Nicotine & Tobacco Research. 2020, 1–3. https://academic.oup.com/ntr/advance-article/doi/10.1093/ntr/ntaa059/5815378  
  1. Brake S, Bransley K, Lu W et al. Smoking upregulates angiotensin-converting enzyme-2 receptor : a potential adhesion site for novel coronavirue SARS-CoV-2 (Covid-19).  J Clin Led 2020, 9, 841 doi:10.3390/jcm9030841. 
  1. Lan J, Ge J, Yu J et al. Structure of the SARS-CoV-2 spike receptor-binding domain bound to the ACE2 receptor. Nature 2020, Mar 30, doi: 10.1038/s41586-020-2180-5. 
  1. Yan R, Zhang Y, Li Y et al. Structural basis for the recognition of SARS-CoV-2 by full-length human ACE2. Science 2020, Mar 27; 367 (6485) : 1444-48 doi: 10.1126/science.abb2762. Epub 2020 Mar 4. 
  1. Vaduganathan M, Vardeny O, Michel T et al. Renin-angiotensin-aldosterone system inhibitors in patients with Covi -19. NEJM 2020, Apr 23; 382(17):1653-59 doi:10.1056/NEJMsr2005760 
  1. Changeux JP, Amoura Z, Rey F et al. A nicotinic hypothesis for Covid-19 with preventive and therapeutic implications. Qeios https://www.qeios.com/read/FXGQSB  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.